vendredi 16 mai 2008

Le mot AMOUR: comment le définir ?

Voici qu'un premier commentaire a suivi la "Présentation 2" où je retrace l'historique du dictionnaire portatif. Merci à "Tantinès" de me l'avoir adressé, et cela vaut bien que j'accède à sa demande : donner ici ma définition du mot "Amour", qui va prendre une certaine place. Le voici, tel qu'il se trouve dans le dictionnaire:

AMOUR. n. m. (longtemps féminin, cf. certains pluriels comme les amours enfantines).
1/ Sentiment amoureux, empreint de tendres rêveries ; vive attirance envers une personne que l’on voudrait toute à soi ; désir intense de ne faire qu’ un avec l’objet aimé (à quelque niveau que ce soit : physique, affectif, moral, spirituel).
2/ Mais aussi, profonde volonté de bien, qui peut aller jusqu’au sacrifice de soi, à l’égard d’un seul être (l’enfant qu’on protège, l’ami auquel on se dévoue, l’aimé(e) dont on veut le bonheur, le frère humain qui suscite la compassion), à l’égard d’une collectivité plus ou moins large (la famille, la cité, la patrie), à l’égard de l’Humanité (humanisme, philanthropie), ou d’un Être suprême (amour de Dieu, ou du prochain au nom de Dieu).

Ces définitions de l’amour, intentionnellement limitées, (n’emploie-t-on pas le mot à propos de tout ce qui plaît : choses, animaux, pratiques, spectacles, etc.) nous révèlent la complexité de la notion. Dire « je t’aime » peut aussi bien traduire le plus égoïste désir de possession qu’exprimer le plus sublime dévouement, et parfois même, dans l’amour-passion, les deux à la fois. Qu’est-ce donc, aimer ?
Le seul amour humain pose une foule de questions, que l’on considère ses degrés, sa nature ou son « mystère ».
- Ses degrés : affection, tendresse ? attirance physique, charme ineffable ? affinités profondes entre âmes soeurs ? rêve d’idylle éternelle, tendre bonheur que l’on construit, ou passion fatale et destructrice ?
- Sa nature : désir captatif, oblatif ? quête de l’amour pour l’amour, depuis les intermittences du cœur jusqu’ aux curiosités de l’érotisme ? désir du bien de l’autre ? volonté de s’aimer l’un l’autre pour mieux aimer ensemble ? amour charnel, spirituel ? amour platonique, « épuré du commerce des sens » ? simple émanation de la « libido » freudienne : objet aimé, fantasmes et sexualité ?
- Son mystère : que signifie je t’aime ? Qu’aime-t-on en l’autre : sa présence, son être, son devenir ? D’où naît le vertige de la passion ? Et cet autre vertige qu’est la compassion devant la détresse d’autrui ? Comment peuvent se joindre ces deux mystères que sont deux personnes ? L’amour serait-il plus métaphysique que physique ?

Du point de vue littéraire, l’amour est, avec la mort (et contre elle), la plus féconde des sources d’inspiration. La fascination qu’exerce la beauté, l’idéalisation de la femme, l’illumination de la rencontre, les ravages de la passion comme les élans de la ferveur amoureuse, ont été des thèmes récurrents de la poésie, du roman, du théâtre, en Occident. La littérature chante toute la gamme des états amoureux, de leur éclosion à leurs déchirures, à l’aide de champs lexicaux ou de métaphores caractéristiques (émois, troubles, transports, feux, flamme, charme, délices, blessure, plaie, langueur, mélancolie, jalousie, serments, trahison, inconstance, absence, solitude, etc.).
Voir les mots Affection, Agapes, Charité, Charme, Charnel, Compassion, Courtois, Cristallisation, Empathie, Éros, Fétichisme, Langueur, Libido, Objet (sens 3 et 4), Narcissisme, Passion, Platonique, Sublimation.
B.H.

5 commentaires:

Le phénix ingénu a dit…

Bravo! Je ne savais pas que l'amour était au programme

BRUNO HONGRE : a dit…

C'est qu'il y a programme et programme! Cela mérite un billet, et je vais tenter, tout en restant moi-même ingénu, de répondre en superphénix...

La Fouine érudite a dit…

La notice est complète en effet. Mais si l'on vous demandait de définir ce qu'est pour vous l'amour, en une seule phrase, que diriez-vous?

BRUNO HONGRE : a dit…

L'amour, c'est le désir-s'unir de deux mystères vivants.

Nathalie a dit…

Cela est tellement plaisant de lire cette définition ... Les années passent mais le quart d heure consacré en cours à cette définition est resté à vie j'en suis certaine dans les petites têtes de vos élèves attentifs dont j'ai fait parti. Nous avons eu tellement de chance d'avoir votre définition passionnée et malicieuse sur ce sujet si simple et complexe. Inoubliable ! Nathalie